• Météo
  • Flux RSS

L'Église Saint Maurice

Tour Clocher de l'Eglise
cliquez pour agrandir l'image Tour Clocher de l'Eglise

Dominant le village dont les maisons en pierre et pan-de-bois se serrent le long des deux rues se croisant à angle droit, l'église paroissiale Saint-Maurice a été construite à l'emplacement d'un cimetière mérovingien, comme l'ont révélées les fouilles effectuées en 2003 lors de la rénovation des abords de l'édifice.

Reconstruit au milieu du XIXème siècle pour répondre à l'accroissement démographique, cet édifice a conservé les traces de deux grandes campagnes de travaux antérieurs. Il s'agit tout d'abord de la tour-clocher, ancien choeur de l'église primitive, qui était orientée. De style roman, elle datait de la fin du XIIème siècle. La tour a conservé son voûtement d'origine avec son très intéressant décor sculpté, ainsi que la frise d'arceaux et les lésènes couronnant le premier niveau extérieur en pierre de taille. Une seconde campange de travaux se situe à la fin du XVème siècle (la date de 1484 aurait figuré sur l'édifice). La nef romane aurait été élargie vers le sud et un nouveau choeur à abside polygonale accolé à l'ancienne tour.

Façade néo-gothique
cliquez pour agrandir l'image Façade néo-gothique

Il n'en subsite que les fondations mises au jour en 2003, ainsi que le dernier niveau de la tour percée de baies à remplage. Quant à l'édifice actuel, disposé perpendiculairement à l'ancienne église (donc orienté nord-sud), il a été conçu par l'architecte départemental Charles Morin qui en proposa un avant-projet en 1843, légèrement modifié en 1844. L'église se compose d'une nef rectangulaire terminée par un choeur plus étroit à abside à 3 pans. Afin de réduire les coûts, les matériaux de l'ancienne église furent réutilisés (pierre de taille, dalles, pièces de charpente, tuiles), notamment les baies gothiques que l'on retrouve en façade et dans le choeur. Pour donner plus de volume à la nef, on la couvrit d'une fausse voûte en berceau lambrissé, scandée d'arcs doubleaux en bois et de tirants métalliques transversaux. Quant au choeur, il est voûté en berceau et cul de four. La réception des travaux date de 1848. Il restait à "habiller" l'intérieur de l'édifice.

Vue vers le choeur
cliquez pour agrandir l'image Vue vers le choeur

Dans un premier temps, on réutilisa le mobilier de l'ancienne église, avant de procéder à la fin du XIXèmesiècle à un aménagement plus digne du nouvel édifice : autels latéraux provenant des ateliers Wey de Colmar (1889), maître autel, chaire à prêcher (1897) et lambris de choeur (1904) par les ateliers Théophile Klem de Colmar, le tout style néo-gothique, commandés par le curé Rumpler. Parmi les autres objets, signalons des pièces provenant de l'ancienne église : tableaux de Crucifixion par Daniche (fin XVIIIème siècle), fonts baptismaux et Christ en croix, tableau de Saint Maurice par Joseph Seelenmayer (1847). Le buste reliquaire de Saint Morand du XVIème ou XVIIème siècle provient de l'ancienne chapelle qui lui était dédiée et qui a été détruite en 1818.

Mais c'est sans doute de l'achat en 1865 de l'orgue de l'église catholique Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg dont le curé Meyer pouvait être le plus fier.

C'est sans conteste, que la Commune de Soultz-les-Bains a mis un point d'honneur à embellir l'église.
L'extérieur du bâtiment a été rénové entièrement en 1988. La même année, l'église a été dotée de quatre nouvelles cloches, sur un total de cinq, fondues dans la plus pure tradition. En 1998, le clocher en ardoise a été entièrement rénové et couronné d'un nouveau coq. Et enfin, en 2007, le chantier du parvis, de l'église entièrement exécuté par les Conseillers Municipaux bénévoles et Citoyens volontaires et la restauration de l'Orgue de Silbermann dans toute sa splendeur, agrémente l'église.

Depuis 1996, l'église de Soultz-Les-Bains est classée monument historique. Les fresques primitives de la tour du clocher et le plafond en coque de bateau renversée sont à l'origine de ce classement. Il s'agit là d'un couronnement, l'orgue de l'église ayant déjà été classé en 1979.

Retour haut de page